Aller au contenu principal
De Bamako à Kinshasa, Radio Nova vous emmène danser en Afrique pour le réveillon

De Bamako à Kinshasa, Radio Nova vous emmène danser en Afrique pour le réveillon

Un nouvel an que l’on passe avec Fally Ipupa, DJ Lag, Cheetah, Asna, Catu Diosis, گليثر Glitter ٥٥, Mo DJ... et vous ?

Par La rédac

À l’occasion de la saison Africa 2020, Radio Nova propose à ses auditeurs un nouvel an 100% made in Afrique avec sept DJs, issus des scènes africaines locales ou de leur diaspora, qui se relaieront à l’antenne et aux platines !

On vous emmènera danser de villes en villes au son de ce qui ambiance le continent africain un soir de 31 décembre. À Bamako, à Kinshasa, à Durban, à Rabat, à Douala, à Kampala, à Abidjan, comment passe-t-on de 2020 à 2021 ? La réponse sur cette antenne, de 21h à 4h du matin, aux côtés d'un son qui fusionnera le coupé décalé et l’afrobeats, le hiplife et la Gqom, l’amapiano et le ndombolo, le kuduro et le funana, le maloya et l’azonto, la kizomba et la pandza music, le kwaito et la pantsula, l’acholitronix et l’afrohouse. Au programme :

Fally Ipupa, artiste mondialement reconnu de Kinshasa, où la scène musicale explose et explore en permanence de nouveaux sons, ouvrira le bal. La grande classe !

Cheetah, figure camerounaise de la scène afroparisienne, arrivée en France il y a dix ans, fondatrice du Black Square Club et des soirées Trap Africa. Elle nourrit ses sets de hip-hop majoritairement ghanéen, ivoirien, gabonais, sud-africain et camerounais et les mélange.

Asna également, DJ d’Abidjan la festive, qui fait partie du collectif La Sunday, et qui a créé le projet Sunyubok, qui regroupe des jeunes talents émergents de nombreuses disciplines venant d’Afrique de l’Ouest. Cette exploratrice du son réinvente les rythmes saccadés du coupé-décalé, et mixe les basses de la gqom et du kuduro à la frénésie des chants traditionnels.

DJ Lag, celui grâce à qui la GQOM, qui cartonne depuis plusieurs années en Afrique du Sud et tout spécialement à Durban, a quitté les recoins ombreux de l’underground pour se propager plus loin, sous les néons des clubs et des festivals du monde entier. On l’avait rencontré au Sónar 2019, et on vous l’a joué souvent sur Radio Nova. DJ Lag, pionnier avéré du genre GQOM, aurait d’abord vu sa musique véhiculée à Durban par… les taxis de la ville, qui jouaient sa musique bien fort et les fenêtres ouvertes, avant que tout le monde, là-bas, ne s’approprie le mouvement.

Journaliste, styliste, membre active du collectif Nyege Nyege, DJ, directrice d’ateliers de DJ pour les jeunes femmes, Catu Diosis est devenue au fil des mois l’une des grandes figures des scènes club d’Afrique de l’Est. Signée sur le label Hakuna Kulala, elle nous donnera, la nuit du 31, un aperçu de ce qui se joue un peu partout en Afrique et en Ouganda, le pays dont Catu Diosis est originaire.

Elle est née à Rabat, au Maroc, mais a passé ces dernières années à Amiens, Lille, Paris. Ses mixes laissent l’auditeur circuler entre chaâbi algérien, techno pointue, raï international, house qui vole, chants en arabe, youyous, percussions folkloriques… C’est le monde pluriel et open-minded deگليثر Glitter ٥٥ qu’on vous proposera aussi, sur Nova.

Vendeur de cassettes à la gare routière de Bamako, le jour, DJ dans les clubs de la capitale malienne, la nuit : voilà la jolie légende qui accompagne la carrière de MO DJ (aka Electronic Marabout), ce DJ malin désormais résident parisien dont on sait qu'il fut un des premiers, au Mali, à remixer la musique africaine afin de l'emmener ailleurs. Armé d'une boîte à rythme de fortune qui lui a permis de dépasser les frontières, MO DJ est notre invité pour ce passage de 2020 à 2021. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est un honneur.

Des platines ouvertes à toutes les scènes actuelles africaines et aux hommes et aux femmes qui les font vivre, c’est comme ça que Radio Nova veut ouvrir 2021 et attendre le nouveau monde. À jeudi, 21h-4h.

Visuel © Radio Nova