Aller au contenu principal
Nova Classic : « I can't keep from crying sometimes » de The Deirdre Wilson Tabac.

Deirdre Wilson Tabac : un rare groove qui rend le blues léger

Nova Classic : « I can't keep from crying sometimes » de The Deirdre Wilson Tabac.

Par Isadora Dartial

Radio Nova revisite ses propres classiques : les raretés de tout bord qui rythment notre antenne, de la soul-funk au hip-hop en passant par les musiques afro-latines et la pop. Aujourd'hui : « I can't keep from crying sometimes » de The Deirdre Wilson Tabac.

C’est ce que l’on appelle un « rare groove », le genre de classique que l’on aime sur Radio Nova. Le trio Deirdre Wilson Tabac ne fera qu’un album, en 1969, à Philadelphie. Regroupé autour de la chanteuse Deirdre Wilson, le groupe se place dans la veine du Rotary Connection, qui, à l’époque, croise brillamment la soul et les expériences psychédéliques. Chez Deirdre Wilson Tabac, le jazz se mêle ainsi au rock progressif, le tout porté par un groove certain. 

C’est d’ailleurs d’un blues de 1928 qu’est inspirée cette chanson, qui est en réalité une reprise d’un titre d’Al Kooper, sorti trois ans plus tôt avec sa formation The Blues Project. Al Kooper, musicien et producteur qui a monté le groupe Blood, Sweat and Tears, fait jouer pour la première fois sur disque un certain Shuggie Otis, qui reprend donc avec son Blues Project, mais aussi en solo le morceau « I can’t Keep from Crying Sometimes », un titre inspiré du bluesman Blind Willie Johnson.

Ce titre ouvre la face B de l’unique album de notre trio de Philadelphie, qui reprend par ailleurs aussi The Beatles ou encore Otis Redding. Cet unique album, paru en 1969, sera plus tard sorti de l’oubli par les collectionneurs de musique, qui le rééditent sur Nova. The Deirdre Wilson Tabac prend alors place dans le coffret des 25 ans de la station, le Cube jaune.

Le Nova Classic d’Isadora Dartial, c'est aussi en podcast.

Visuel (c) pochette de I can't keep from crying sometimes de The Deirdre Wilson Tabac.