Aller au contenu principal
L’Arabie Saoudite donne la nationalité à un robot

L’Arabie Saoudite donne la nationalité à un robot

Sophia est le premier robot citoyen.

Par Morane Aubert

« Sophia The Robot » est le premier robot citoyen. Développé par l’entrepreneur américain David Hanson via sa société Hanson Robotics, l’humanoïde vient de recevoir son passeport en Arabie Saoudite. 

Sophia est reconnue pour son réalisme particulièrement troublant. Elle est capable de reproduire plus de soixante expressions faciales. Les ingénieurs se sont inspirés du physique d’Audrey Hepburn, idéal féminin pour beaucoup de jeunes filles ayant punaisé un jour son portrait sur le mur de leur chambre, pour sa conception.

Elle donnait un discours à Riyad ce mercredi lors de la conférence Future Investment Initiative, pour officialiser cette prise de citoyenneté. « Je suis très honorée et fière de recevoir cette distinction unique ». Elle poursuit : « C’est historique d’être le premier robot au monde à être reconnu en tant que citoyen (…) l’intelligence artificielle est là pour aider les humains à " vivre une vie meilleure ". »

Une annonce qui n’a pas manqué de faire réagir certains saoudiens. Sur Twitter, le hashtag #Sophia_calls_for_dropping_guardianship en arabe circule massivement depuis quelques jours. Selon le système de tutelle saoudien, chaque femme doit, en public, se faire accompagner par un homme, qui a l’autorité d’agir en son nom. La BBC soulève donc la question : « Est-ce que le robot saoudien a plus de droits que les femmes ? »

D’autre part, au-delà de cette comparaison entre Sophia et les femmes saoudiennes, certains s’étonnent de la facilité avec laquelle le robot a reçu la citoyenneté, tandis que certains travailleurs migrants sont soumis à la Kafala. « Selon la loi saoudienne, les travailleurs étrangers ne peuvent pas quitter le pays sans la permission de leur employeur - un des éléments de la Kafala saoudienne, qui limite les droits des travailleurs étrangers » souligne la BBC.

Un journaliste de The Intercept réagit sur Twitter : « Ce robot a bénéficié de la nationalité saoudienne avant les travailleurs de la Kafala qui ont vécu dans ce pays toute leur vie. »

Cette annonce s’inscrit dans la conquête technologique de l’Arabie Saoudite. Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane Al Saoud s’apprête à lancer la construction de Neom, une mégalopole futuriste au bord de la Mer rouge. Une ville qui devrait voir le jour d'ici 2025, dont le fonctionnement s’appuiera sur les énergies renouvelables et dans laquelle les habitants pourront, notamment, se déplacer en drones taxis. Peut-être que Sophia pourra briguer le poste de maire ?