Aller au contenu principal
the pharcyde

L'anniversaire du jour : « Labcabincalifornia » de The Pharcyde

Aujourd'hui dans l'anniversaire du jour, « Labcabincalifornia » deuxième album du groupe de Los Angeles The Pharcydes

Par Sophie Marchand

Tous les jours dans Alpha Beta Nova (lundi au vendredi, 9h-13h), Sophie Marchand célèbre un anniversaire, d'une personne, d'un disque ou d'un événement.

Ce matin, on commence la semaine en révisant nos classiques. On évoque Labcabincalifornia de The Pharcyde, évidemment sorti en 1995, sans doute l'une des années les plus prodigieuses du hip-hop américain.

Ce disque, c’est le deuxième album du groupe de Los Angeles, une bande d’amis qui avant d’être rappeurs ont d’abord songé à devenir danseurs. Et grand bien leur en a pris, parce que très vite, les Pharcyde vont être signés sur un label, et sortir un premier album génial : Bizarre Ride II, en 1992. Un disque lumineux, avec une tripotée de samples, de scratch, bref un album qui va façonner les contours d’un rap californien et alternatif à la G-Funk, qu’on entend partout sur la côte ouest.

Un album plus complexe et réflexif, qui va façonne les contours d'un rap californien alternatif à la G-Funk

Et donc en 1995 sort ce deuxième album Labcabincalifornia, où l’on retrouve

tout ce qu’on aime dans le groupe, qui plus est s’est mis à bosser avec J Dilla, ce qui donne un relief supplémentaire à ce disque moins solaire que le premier mais peut-être encore plus complexe et réflexif. Forcément, certains vont regretter la naïveté des débuts, mais pour d’autres, ça va être la preuve que le groupe s’inscrit définitivement dans le rap indépendant.

Surtout que le groupe va être validé par le Los Angeles un peu hype : le réalisateur Spike Jonze (Dans la peau de John Malkovich, Her, Adaptation...) va réaliser le clip de "Drop", et vous vous souvenez forcément de ce clip dingo tourné à l’envers dans les rues de Los Angeles, torse nu. 

Après ça, le groupe va se diviser, prendre des directions opposées. Ce disque incarne le souvenir d’un hip-hop qui était encore, alors, entre deux eaux : celles, il y a 25 ans, de la naïveté et de l’introspection.

Visuel © pochette de Labcabincalifornia, album de The Pharcyde