Aller au contenu principal
« Le bleu blanc rouge de mes cheveux », premier film émouvant de Josza Anjembe

« Le bleu blanc rouge de mes cheveux », l'émouvant premier film de Josza Anjembe

Sélectionné aux César 2018.

Par Clémentine Spiler

Le bleu blanc rouge de mes cheveux, c’est l’histoire de Seyna, une adolescente à l’aube de sa vie d’adulte qui rêve d’entrer à Sciences-Po, son bac mention très bien en poche. D’origine camerounaise, elle entame les démarches pour obtenir une carte d’identité française, ce à quoi son père s’oppose catégoriquement. « Les années à trimer comme un vaurien parce que je n’étais pas assez français pour eux. Tu crois que c’est ça que je veux pour ma fille ? », dira-t-il à sa femme. 

« Vous êtes hors-cadre »

Entre passé et avenir, amour pour la France et identité camerounaise, Seyna doit prendre sa vie en main. En vingt-et-une minutes, on se laisse absorber par une tranche de vie touchante et éminemment politique qui raconte autant les relations familiales que l’assimilation à la française. Notamment dans une scène édifiante où Seyna, avec sa coupe afro, ne rentre pas dans le cadre des photos d’identité. « Vous êtes hors-cadre », s’entend-elle dire à la Préfecture.

bleu blanc rouge cheveux

Une scène vécue par la réalisatrice, Josza Anjembe, d’origine camerounaise, pendant sa carrière de journaliste, comme elle le racontait à France Culture en juin dernier. « Le logiciel qui permettait d’avoir le passeport français me disait : “Vous n’êtes pas française.” Et ça c’est quelque chose que j’ai trimballé pendant quelques années. [J’ai été] très meurtrie par ça, et j’en ai fait un film. »

C’est la première fiction de Josza Anjembe, après un détour par le documentaire, notamment Massage à la camerounaise et  K.R.U.M.P, une histoire du Krump en France. Le bleu blanc rouge de mes cheveux, est en ligne sur télérama.fr jusqu’au 31 janvier et visible ci-dessous. Déjà récompensé par plusieurs prix et sélectionné dans plus d’une centaine de festivals, il est aussi en compétition aux César 2018