Aller au contenu principal
Nova Classics : « Ere Mele Mela » de Mahmoud Ahmed.

Le groove éthiopien de Mahmoud Ahmed

Nova Classics : « Ere Mele Mela » de Mahmoud Ahmed.

Par Isadora Dartial

Radio Nova revisite ses propres classiques : les raretés de tout bord qui rythment notre antenne, de la soul-funk au hip-hop en passant par les musiques afro-latines et la pop.  Aujourd'hui, « Ere Mele Mela » de Mahmoud Ahmed.

Le Nova Classic du jour est une pièce majeure de la musique contemporaine africaine : un groove éthiopien porté par Mahmoud Ahmed. « Ere Mela Mela » est un titre qui apparaît en 1975 sur le troisième album du musicien qui, comme bon nombres d’artistes de sa génération, a fait ses gammes au sein des orchestres institutionnels, un morceau qui clôture ce qu’on appelé « l’âge d’or de la musique éthiopienne » (une période qui se situe entre 1969 et 1975 donc). L’empereur vient de tomber, le régime militaire du Derg se met en place, et rendra impossible la production musicale dans le pays.

Par un heureux hasard, Francis Falceto, ancien programmateur du Confort Moderne à Poitiers, découvre ce disque ramené d’Éthiopie par un ami. On est en 1984, il réédite l’album sur le jeune label belge Crammed Disc deux ans plus tard. Dès sa sortie, Radio Nova joue en boucle le morceau du chanteur et musicien éthiopien. « Ere Mela Mela » est un chant d’amour qui semble arriver du centre de la terre et jaillir du sol, un chant qui conquiert l’Europe avec ce mélange singulier de cuivres, et de mélopées orientales. Un style unique et un pied de nez à l’histoire, puisque l’Éthiopie vit alors de terribles heures en même temps que le plus beau de sa musique conquiert le monde. Ce disque, enfin, sera le déclencheur de la très riche série Éthiopiques, sortie par ce même Francis Falceto en 98. Laissons-nous porter ce matin, par cet air qui nous est familier, laissons la voix de Mahmoud Ahmed nous envoûter.

Visuel : (c) pochette d'Ere Mele Mela de Mahmoud Ahmed.