Aller au contenu principal
L'Orient sonore

« L'Orient sonore », un monde musical oublié à re-découvrir en podcast

Le Mucem de Marseille ouvrait ses portes à l’exposition l’Orient Sonore en juillet dernier (et ça continuera dès que tout sera rouvert, jusqu’au 4 janvier 2021).

Par Margot HINRY

Radio Nova et Les Inrockuptibles, (partenaires du Mucem de Marseille), enregistrent quatre podcasts à l’occasion de l’exposition. Les journalistes Francis Dordor et Baba Squally (notre correspondant à Marseille, que vous entendez tous les matins dans Baba Squaaly se confie sans haine)  ont choisi de revenir sur les histoires de Cheikh Raymond, El Anka, Naguib Mahfouz et Sayed Darwich.

C’est en 1903 que les premiers enregistrements sonores de ces morceaux du monde arabe sont menés par des maisons de disque occidentales. Mais à partir de 1930, ces musiques prennent un tournant nouveau, laissant certains de ces chefs-d’œuvre musicaux tomber dans l’oubli et leurs conditions de conservation se dégrader.

 

Au Liban, la fondation Amar s’attèle depuis 2009 à la protection par la numérisation de ces premiers disques, permettant au grand public de pouvoir les découvrir. Un patrimoine culturel précieux, proposant une collection de plus de 9 000 disques venant de l'Irak à l'Afrique en passant par le Golfe. Ces sonorités témoignent d’une grande “diversité de sons, de chants et de rythme des musiques arabes qu’elles soient profanes ou sacrées, d’origine populaire ou savante.“.

À écouter au plus vite : 

ÉPISODE 1

ÉPISODE 2

ÉPISODE 3

ÉPISODE 4

Plus d'infos par ici.

Visuel © L'Orient sonore