Aller au contenu principal
Mais pourquoi les tubes de l’été se ressemblent-ils tous ?

Mais pourquoi les tubes de l’été se ressemblent-ils tous ?

Le New York Times s’est posé la question.

Par Camille Diao.

Tout l’été, La Plage Nova vous propose du lundi au vendredi, de 18h à 20h, deux heures conviviales pour accompagner l’apéro. Cette semaine, c’est Camille Diao aux commandes.

Sur son site, le New York Times se pose une question que l’on se pose tous : « Do song of the summer sound the same ? », ou pourquoi les tubes de l’été se ressemblent-ils tous ? Pour y répondre les auteurs de l’article se sont servis des données de Spotify classifiant toutes les chansons selon cinq critères, à savoir leur volume, leur niveau d’énergie, leur caractère dansant, l’utilisation d’instruments acoustiques (contre instruments électroniques) et leur degré de jovialité. Cinq critères qui permettent de dessiner une sorte de petit diagramme. Une empreinte de la chanson qui rend immédiatement visible son caractère.

En appliquant ce critère aux tubes de l’été des années 80 à aujourd’hui, le New-York Times a mis en évidence ce qu’on sent bien empiriquement : plus les années passent, plus les tubes de l’été sont similaires. L’année la plus flagrante étant 2010 où les tubes de Lady Gaga, Katy Perry ou encore de Kesha présentent des diagrammes qui se superposent presque parfaitement.

Bonne nouvelle quand même, grâce à la scène hip-hop et aux influences de plus en plus prégnantes de la musique latino - de « Despacito » l’année dernière au « I like it » de Cardi B que vous devez entendre en moyenne cinq fois par jour cet été, du supermarché aux clubs de plage - la tendance semble s’inverser. Et les diagrammes de 2018 se diversifient à nouveau. L'article de New-York Times est à retrouver en intégralité ici.

Visuel : © Capture d'écran Youtube