Aller au contenu principal
Nouvo Nova : « No Room » de Nana Adjoa

Nana Adjoa, petite fourmi qui rêve en grand

Nouvo Nova : « No Room » de Nana Adjoa.

Par Michael Liot

Chaque jour, Nova met un coup de projecteur sur une nouveauté : le Nouvo Nova vous présente les coups de cœurs de la programmation, afin que vous ne ratiez rien des dernières trouvailles qui nous ont titillé l’oreille. Aujourd'hui : « No Room » de Nana Adjoa.

Nous avions remarqué Nana Adjoa il y a deux ans avec son EP Down At The Root. La chanteuse néerlandaise s’apprête à présent à sortir un premier album délicat, Big Dreaming Ants

Cette petite fourmi rêve en grand depuis ses jeunes années, elle qui a multiplié les formations à l’adolescence avant d’intégrer le programme de jazz du Conservatoire d’Amsterdam. Une éducation qui lui permet aujourd’hui d’assurer la plupart des instruments sur son disque, dont l’orchestration fait la part belle à des sonorités douces et diverses (la guitare centrale étant entourée de kalimba ou de vibraphone). 

Nana Adjoa rend aussi hommage ici à ses racines ghanéennes, notamment avec une reprise éthérée d’un classique du highlife, le « Love and Death » d’Ebo Taylor. Cette interrogation de l’identité parcourt d’ailleurs l’ensemble de l’album, qui mêle sujets de société et réflexions intimes : sur le sublime « No Room », doté d’un joli clip aux couleurs chatoyantes, Nana s’intéresse en l’occurrence aux interactions sociales à l’heure de l’hyper-connectivité, comparées à un bruit constant qui ne laisse plus aucune place au rêve. 

Big Dreaming Ants paraît le 24 septembre chez Bloomer Records. 

Visuel © clip de  No Room » de Nana Adjoa.