Aller au contenu principal

Chacun pourra bientôt privatiser son petit bout de dark web

La NSA fait un peu la tête.

Par Clementine Spiler

On peut désormais collecter à peu près tout et n’importe quoi sur vous. En tout cas sur le web comme l’utilise le commun des mortels. De vos données de carte bancaire aux mouvements de votre petit doigt gauche lors d’expériences en réalité virtuelle

À chacun son petit bout d'Internet ?

Pendant ce temps, sur le dark web, l’anonymat et la préservation de la vie privée se développent de manière inversement proportionnelle. À tel point que chacun pourra bientôt posséder son propre petit bout d’Internet privé.

En effet, le réseau Tor vient d’annoncer un nouveau projet pour le courant de l’année 2017. Tor, qui permet déjà d’anonymiser les flux sur le dark web, pourra bientôt chiffrer l’adresse des sites internet de manière à ce que personne ne puisse tomber dessus par hasard. Seules les personnes invitées pourront donc s’y rendre, grâce à une clé de chiffrement qui ne divulgue pas l’URL.

Pour résumer la chose, vous pourrez posséder une page, à un endroit du web, et faire en sorte que personne ne puisse voir ce que vous y fabriquez. Un tel espace est aujourd’hui impossible à obtenir sur le web classique. C’est donc un grand pas pour la protection de la vie privée des utilisateurs, comme s’en félicite sur Wired Nick Mathewson, le co-fondateur de Tor.

“Une nouvelle génération d’applications”

Selon lui, cette nouveauté pourrait donner naissance à une nouvelle génération d’applications de chiffrement. “On peut désormais créer un service rien que pour vous, dont vous seul aurez connaissance, et qui serait totalement inidentifiable. C’est la base la plus solide que nous ayons jamais eue pour créer des systèmes de sécurité.

Cette invibilisation est déjà possible pour les internautes les plus expérimentés. Mais le service proposé par Tor devrait permettre à Monsieur-tout-le-monde d’y accéder, pour peu qu’il se rende sur le dark web. Parce qu’après tout, les faits et gestes de notre petit doigt gauche ne regardent que nous. 

Visuels : (c) Pixabay/JavadR