Aller au contenu principal

BAM BAM : Les Affaires Musicales du 17 janvier

Avec le militantisme des carnavals brésiliens, Jay-Z et Meek Mill en justiciers et les meilleurs ennemis jurés de la musique

BAM BAM, c’est le Bureau des Affaires Musicales de Radio Nova, animé par Sophie Marchand et Jean Morel, du lundi au vendredi sur Nova. 

Aujourd’hui on vous met bien. On va parler d’un magnifique sample, forme d’hommage à un jazzman génial. On a rencontré pour vous la légende DJ Pone. Et on va vous parler de guerre d’ego et d’une histoire des fights dans le rock’n’roll. Mais bien évidemment tout ça n’a aucun sens si on ne vous joue pas ce qu’on a aimé écouter cette semaine.

…on parle de samba et d’hommage à une activiste.

Au Brésil, le climat social et politique est effrayant. Bolsonaro, président nouvellement élu qui vient de prendre ses fonctions, a déjà commencé à prendre des mesures pour faciliter les ventes d’armes et encourager l’agro-business au détriment des peuples autochtones. Mais, les Brésiliens entendent résister, notamment à l’occasion des carnavals qui vont bientôt commencer. A Rio, l’école de Samba - Estaçao Primeiro de Mangueira - est une des écoles les plus réputées et influentes. Elle a annoncé que son spectacle, cette année, serait dédié à Marielle Franco - députée et activiste militante, notamment contre les violences policières - qui a été assassinée en mars dernier. Plus largement, le carnaval qui va commencer en février prochain s’annonce cette année engagé, militant, notamment concernant les droits des LGBTQ. Parce que faire la fête, c’est encore résister !

…on parle de Meek Mill et Jay-Z voulant devenir des justiciers.

Hier, on vous parlait de Jay-Z qui est la cible de la justice norvégienne. Aujourd’hui, il s’engage pour une réforme de l’organisation de la justice aux Etats-Unis.  A ses côtés, Meek Mill et notamment sur avec le morceau « What’s Free », où les deux rappeurs évoquent la liberté, les injustices raciales et les manquements de la justice américaine.

Les deux rappeurs comptent aller plus loin encore. Avec tout un collectif, ils ont annoncé une conférence de presse le 23 janvier prochain. L’implication de Meek Mill se fonde, entre autres, sur son expérience personnelle. Il est même devenu un symbole de la mobilisation lors d'une réforme de la justice. Cela faisait suite à sa condamnation à 2 ans de prison pour avoir enfreint, en 2017, les règles de sa liberté conditionnelle. Une liberté conditionnelle pour des faits remontant à 10 ans, pour port d’armes et possession de stupéfiants. L’ensemble de la communauté hip-hop avait alors pris position aux côtés de Meek Mill et, Jay-Z s’était même fendu d’une tribune dans le New York Times, critiquant le fait que Meek Meel ait vécu quasiment l’intégralité de sa vie d’adulte, de ses 20 ans à ses 30 ans, en conditionnelle. Reste à savoir, maintenant, si la notoriété des rappeurs et leur militantisme pour le droit à une deuxième chance pourront les transformer en super-héros justiciers. Réponse le 23 janvier.

…on parle des meilleurs combats de l’histoire de la musique.

Le focus d’aujourd’hui ne parle pas exactement de Booba et Kaaris. Non. Il parle d’un papier qui a été inspiré à Télérama par le fight de Booba et Kaaris. Alors d’abord, le journaliste Hugo Cassavetti est clair, il n’est pas là pour choisir un camp ou l’autre. Il part du principe que ce combat, qu’il se solde ou pas en version Octogone (sans règles), tous deux touchent le sol, tellement il est bas comme combat.

Il n’apporte aucune grandeur créative, il ne permet même pas d’émulation et de compétition artistique façon 8 Miles. Alors, plutôt que de parler trop longtemps de cette sombre histoire des temps modernes, le journaliste rembobine l’histoire - du rock notamment - à la recherche des plus beaux conflits. En tout cas, de ceux qui ont été, aussi, musicalement intéressants. Il y a celui, fabriqué artificiellement par les managers, entre les Beatles et les Stones. Celui-ci se traduisait surtout par une surenchère de prouesses en studio. Il y a aussi la course dans les charts, à laquelle se sont livrés Blur et Oasis pendant des années, au point de sortir leurs disques le même jour. Mine de rien, c’est ce qui a permis à la Britpop de toucher des sommets.

Puis, en parlant d’Oasis et des Remus et Romulus du rock, il y a les Kinks. Ray et Dave Davies qui se sont battus au point d’être interdits d’entrée sur le territoire américain, alors même qu’ils composaient encore des disques inoubliables. Enfin, plus récente et très drôle, il y a la guéguerre de voisinage entre Jimmy Page - de Led Zeppelin - et Robbie Williams. Tous deux sont voisins et, pour des histoires de travaux, ne se supportent plus. Alors, ils s’affrontent à grands coups de décibels. Robbie Williams, insolent, jouant extrêmement forts sur ses enceintes les disques de Black Sabbath, Deep Purple ou Pink Floyd - que Jimmy Page avait avoué détester... Bien plus divertissant qu’un combat qui, s’il a lieu, risque d’être une mare de sang et d’ego humiliés.

 

La playlist :

  • Little Simz - Selfish
  • Moon King - Appartment Fire
  • Cinematic Orchestra - A Caged Bird
  • Daphni - Thriller
  • Dabeull - don't forget it
  • The Jones Girls : Nights Over Egypt
  • Nouvo Nova : Still Woozy - Habit
  • Sade - The Sweetest Taboo
  • Peter Broderick - A little lost
  • Bosq Brand NEw Day
  • Loyle Carner - You don't know
  •  

BAM BAM, le Bureau des Affaires Musicales, une émission animée par Sophie Marchand et Jean Morel, et réalisée par Malo Williams. Du lundi au vendredi, 18h00-19h30.

Visuel © Getty Images / ullstein bild / Contributeur

BAM BAM
Emissions

BAM BAM

par Sophie Marchand & Jean Morel
Lundi-vendredi, 18h00-19h30

Les Affaires Musicales du 21 février

Les Affaires Musicales du 21 février

Chaque vendredi, c'est OPEN BAM

Les Affaires Musicales 19 février

Les Affaires Musicales 19 février

Le disque qui change la vie de Limsa et Moses Boyd qui continue de nous parler de lui.

Les Affaires Musicales 18 février

Les Affaires Musicales 18 février

Dans Le Jargon on vous explique ce que veut dire BORD et Moses Boyd continue de nous parler un peu de lui.