Aller au contenu principal

Dans le Jargon : « -ZER »

Toutes les semaines, dans BAM BAM, on vous explique ces expressions que l’on entend toujours sans jamais les comprendre.

Chaque semaine c’est Dans le Jargon, BAM BAM essaie d’explorer les différentes contrées de l’argot en musique. Aujourd’hui on va parler géographie des mots, ceux qu’on ne comprend pas toujours. Aujourd’hui on se lance dans une chroniquezer pour comprendre comment une ville dans l’Essonne, Grigny dans le 91, a eu une influence énorme sur les métamorphoses de la langue française. Connaissez-vous ainsi le suffixe « -ZER », qu’on peut placer à la fin de n’importe quel mot ? Si presque tout le monde l’a déjà croisé au moins une fois, c’est parce que la figure la plus connue du rap français en a fait sa signature. Booba s’est totalement approprié le  « -ZER », comme on l’entend dans le morceau « Parlons Peu ».

Si Booba vient du 92, il a complètement popularisé cette expression qui vient du 91. Son origine remonterait à la logobi, une variante du coupé-décalé, dont l’étymologie renverrait à la dernière syllabe du mot « misère ». Depuis il a été totalement détourné et peut être accolé à n’importe quel mot dans la pure et simple perspective de se donner un peu de street cred’. Quand on écoute la LMC Click, un groupe de Grigny, bien antérieur à Booba, on réalise bien que « -ZER » vient bel et bien de cette ville.

De plus, le suffixe «-zer » n’est pas du tout la seule expression provenant de Grigny et du 91. Il y a beaucoup de mots d’argot qui viennent de cette ville. C’est le cas par exemple de « Baye » comme dans l’expression « c’est quoi les bayes », très proche d’un « c’est comment », « bien ou quoi », ou d’un plus traditionnel « quoi de neuf ». Aujourd’hui, un baye c’est devenu un truc. A l’origine tout ça viendrait de « Drive By », ces tristement célèbres meurtres en voiture aux Etats-Unis. Autres expressions typiquement de l’Essonne, « Sten » qui veut dire « c’est bien »/« c’est cool », ou encore « Boug » qui désigne tout simplement un mec.

Dans un dossier consacré à l’argot de Grigny, StreetPress nous apprend que cette créativité s’explique par l’isolement de Grigny, à 30 kilomètres de Paris, et l’entre-soi des jeunes, toujours entre eux, dans une ville très jeune. Grigny est l’une des communes les plus jeunes de France, une majorité d’habitants sont âgés de moins de 30 ans. Enfin, au-delà du rap, une autre explication du rayonnement de l’argot de Grigny en France est la présence du centre pénitenciaire de Fleury-Merogis. C’est l’un des plus grands d’Europe, les détenus proviennent de toute l’Ile-de-France et côtoient ceux de Grigny, diffusant ainsi leurs expressions. Aujourd’hui, le rap du 91 et son argot continuent de briller. Le succès de PNL amène de nouvelles expressions, « cliquos » pour client par exemple. On peut aussi penser à Niska, avec son « Charo » pour « Charognard » qui est sa marque de fabrique.

Ces rappeurs qui viennent de Corbeil-Essonnes, juste à côté de Grigny, connaissent même un rayonnement international. PNL fait la une du magazine The Fader et Niska est maintenant produit par Diplo dans son nouveau morceau. Son morceau Réseaux a déjà été remixé par la rappeuse anglaise Stefflon Don et surtout la star ultime de la trap, Quavo, du groupe MIGOS.

 

Dans le Jargon, tous les mercredis dans BAM BAM, le Bureau des Affaires Musicales de Radio Nova, animé par Sophie Marchand et Jean Morel et réalisé par Malo Williams, du lundi au vendredi sur Nova.

Visuel : (c) Nova

Dans le Jargon
Emissions

Dans le Jargon

par Sophie Marchand & Jean Morel

Dans le Jargon : « ILLMATIC »

Dans le Jargon : « Illmatic »

Toutes les semaines, dans BAM BAM, on vous explique ces expressions que l’on entend toujours sans jamais les comprendre.

Dans le Jargon : « Camp »

Dans le Jargon : « Camp »

Toutes les semaines, dans BAM BAM, on vous explique ces expressions que l’on entend toujours sans jamais les comprendre.