Aller au contenu principal

Bernie Sanders, roi paradoxal « du cool et de la tendance »

Le probable candidat des Démocrates à l’élection présidentielle des États-Unis est sapé comme un sac ? Ça ne l’empêche pas d’être devenu une icône du « cool ».

Bernie Sanders a gagné la primaire démocrate dans le New Hampshire. Mais il n’est pas uniquement le probable candidat des Démocrates à l’élection présidentielle des États-Unis. Il est aussi « le roi du cool et de la tendance ».

#HotGirlsForBernie (« les jolies filles pour Bernie », ou « les bonnes meufs pour Bernie » si on est un peu moins poli) : c’est le mot dièse qui accompagne la campagne du sénateur.

Ce hashtag rassemble des inconnus qui postent des selfies plus ou moins dénudés en soutien à leur candidat. Mais il est aussi le reflet d’un nombre conséquent de stars sexy qui affirment leur soutien à Bernie : Ariana Grande, Cardi B, Emily Ratajkowski. 

En 2017, Bernie Sanders avait déjà été l’égérie d’un défilé de mode pour la collection automne-hiver de Balenciaga, avec sur le podium des tee-shirts, des écharpes et un bomber imprimés du logo de sa campagne à la primaire de 2016. Plus récemment, pendant la finale du Super Bowl, en janvier, une pub pour un parfum Bernier Sanders a été diffusée sur les réseaux sociaux.

On ne peut, paradoxalement, pas parler pour Bernie d’un look vraiment chic. Plutôt d’un look chiffon, en vérité. Il l’avoue lui-même : « parmi mes nombreuses qualités, on ne trouve pas celles d’avoir du style ou d’être le roi de la mode ». L’apparence restant fondamentale en politique, une consultante média pour le Parti démocrate expliquait en juin au New York Times (au début des primaires donc) que « 10% de la façon dont vous êtes reçus par le public dépend de ce que vous dites, 10% de la façon dont vous le dites, et 80% de votre apparence ».

Pourtant, l’apparence peu soignée de Bernie Sanders ne lui porte pas préjudice, à l’inverse, par exemple, d’un François Hollande en France, dont le public s’était beaucoup moqué à une époque pour sa cravate mise de travers. Un site internet lui avait même été dédié. Mais en admettant avec humour et sans dédain ses lacunes en matière de mode, Bernie Sanders a déjoué les critiques tout en faisant passer l’idée que cela n’était pas vraiment un sujet. Une attitude qui le rend crédible, parce qu’il n’a « pas de temps à perdre avec ses vêtements », et qu’il doit s’occuper de choses « bien plus sérieuses », par exemple : l’assurance santé universelle.

Le discours de Bernie, finalement, colle avec son style. Et même pour ce #HotGirlsForBernie, pas discriminant à l’inverse de ce que l’on pourrait pourtant croire. Ce que disent les supports de Bernie à travers ce hashtag, c’est qu’être sexy c’est d’abord être soi-même, assumer qui l’on est, les valeurs que l’on défend, et si vous regardez bien, c’est même le message à la mode dans le monde de la mode : avoir des valeurs, promouvoir la diversité des corps ou des origines, être fier de son corps même si celui-ci ne correspond pas aux canons de la beauté (ce que l’on appelle le body positive). Et la morale de cette histoire, c’est que l’apparence peut tout de même laisser place au vrai discours.

Visuel © Getty Images / Bloomberg

La Chronique Textile
Emissions

La Chronique Textile

par Yvane Jacob
Le jeudi

Comment laver ses habits sans détruire les tortues de mer ?

Comment laver ses habits sans détruire les tortues de mer ?

Une seule lessive peut libérer jusqu’à 700 000 fibres plastiques.

Le masque de protection, le prochain accessoire de mode ?

Le masque de protection, le prochain accessoire de mode ?

Yvane Jacob s'intéresse à l'aspect textile d'un sujet trop d'actualité : le coronavirus chinois.