Aller au contenu principal

À la dérive avec Deena Abdelwahed

On part à la dérive avec la musicienne, DJ et nouvelle recrue du label Infiné, Deena Abdelwahed.

À la dérive avec Deena Abdelwahed, on tisse des ponts entre la Seine, la Garonne et la Méditerranée. Elle a quitté Tunis pour rejoindre Toulouse, troqué le jasmin contre les violettes. Il y a huit ans, elle a fait la révolution politique, féministe, culturelle et musicale. Ici, il parait que ça chauffe mais quand on regarde là-bas, c’était carrément l’incendie. Toutes les révoltes populaires ne se valent pas. 

Deena Abdelwahed a composé un album qui s’appelle « Khonnar » ça veut dire, la face cachée, les casseroles que l’on se traine. Une batteries de sons révolutionnaires, une musique obscure et fracassante. Elle nous a donné rendez-vous à Concrete, le club où elle est en résidence flottante sur la Seine. On a traversé Paris jusque dans l’Atelier de son ami artiste Nidhal Chamekh

Ils se sont rencontrés pendant la révolution en Tunisie, tous deux dans la rue, à espérer le départ de Ben Ali et des jours meilleurs. Nidhal a dessiné le livret de l’album de Deena. Ensuite, on est partis tous les trois rejoindre leur gang de copines dans un bar au bord du canal. Toutes nous parlent du patriarcat, de la dictature, des lois liberticides dictées par la morale. Courageuses, les tunisiennes LGBTQ+ dénoncent et donnent de la voix autour de notre nouvelle amie Deena.

 L’album de Deena Abdelwahed s’appelle « Khonnar » (Infiné) et elle sera en concert à Paris, à La gaité Lyrique le 31 janvier.

À la dérive
Emissions

À la dérive

par Aurélie Sfez
Le Dimanche à 18h

À la dérive avec Lydia Lunch

À la dérive avec Lydia Lunch

Chanteuse, poétesse, écrivaine, et actrice américaine, égérie du mouvement Underground et no wave new-yorkais, Lydia Lunch est l’auteure de plus de trente albums. La voilà avec Aurélie Sfez.