Aller au contenu principal

Dans les pas de « L’homme des bois »

Balade funèbre sous les conifères jurassiens de Pierric Bailly.

NBB

Dans une forêt du Jura, Christian, 61 ans, ex-tourneur sur bois devenu infirmier, chute dans le vide… à quelques semaines de la retraite. On le retrouve trois jours plus tard, au pied d'une falaise. Son fils, l’écrivain Pierric Bailly (Polichinelle, L’Étoile de Hautacam) revient sur les lieux pour une balade funèbre sous les conifères, le temps d’un bref récit calme et intranquille, L’homme des bois, publié en 2017 aux éditions P. O. L. et en poche chez Gallimard. 

« C’est un livre que je n’ai pas choisi d’écrire. Il m’est un peu tombé dessus », dit l’auteur, né en 1982 et vivant aujourd’hui à Lyon. « L’Homme des bois n’est pas seulement le récit de la mort brutale et mystérieuse de mon père. C’est aussi une évocation de la vie dans les campagnes françaises. C’est l’histoire d’une émancipation, d’un destin modeste, intègre et singulier. » Et, parvenu au terme de cette introspection pudique dans ces paysages sauvages qui lui rappellent les bois envoûtés de Twin Peaks, Bailly écrit : « Il m’arrive de penser à cette histoire comme à une sorte de roman noir, un polar sans coupable sinon la nature, la vie rurale, la forêt jurassienne.» 

NBB

Une émission imaginée et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut. Programmation musicale : Michael Liot.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard Gaitet
DImanche 12H00-13H00

Dias de los muertos

Nova Book Box, épilogue – l’enterrement mexicain

Finito, rideau, merci pour tout et à bientôt, vous pouvez débrancher la machine : le juke-box littéraire de Radio Nova ne reprendra pas à la rentrée. Après neuf saisons, dansons sur sa tombe en buvant de la tequila, en public. Olé !

Lost

Xabi Molia : « La catastrophe, c’est aussi le temps de l’aventure »

À la rentrée, cet écrivain et cinéaste d’origine basque publiera une robinsonnade dans laquelle 80 Français, fuyant l’Hexagone en proie à une épidémie de grippe inédite et ravageuse, se réfugient sur une île déserte du Pacifique.

Ex-Cahiers du Cinéma : « L’intensité de la colère, symétrique à l’ardeur de l’amour »

Ex-Cahiers du Cinéma : « L’intensité de la colère, symétrique à l’ardeur de l’amour »

Comment les mots viennent aux critiques ? Deux membres de l’équipe démissionnaire des « Cahiers du Cinéma », Jean-Philippe Tessé et Paola Raiman, feuillettent leur livre d’images en insistant sur la dimension littéraire de l’exercice.