Aller au contenu principal

Nova Classic : « Ana Basshaq El Bahr » de Najat El Saghira

Un chant d'amour venu d’Égypte.

Radio Nova revisite ses propres classiques : les raretés de tout bord qui rythment notre antenne, de la soul-funk au hip-hop en passant par les musiques afro-latines et la pop.  Aujourd'hui : « Ana Basshaq El Bahr » de Najat El Saghira.

« Ana Basshaq El Bahr » : un grand classique de Radio Nova qui nous mène en Égypte, avec la chanteuse et actrice star Najat El Saghira. À l’âge de huit ans, Najat tourne dans des films et commence à reprendre les classiques de « l’Astre d’Orient » (comprenez Oum Kalthoum) à l'âge de treize ans. Si sa sœur, Souad Hosni perce à l’écran, Najat enregistrera, elle, près de 200 chansons, dont ce « Ana Basshaq El Bahr » que l’on peut traduire par « J’aime La Mer ».

Un chant d’amour qui, comme souvent dans la musique et dans la poésie arabe, utilise de nombreuses métaphores. L’amour y est comparé à la mer, qui comme cet amour, est parfois agitée, en colère, ou silencieuse. Un amour également associé au ciel qui peut être à la fois proche et distant. Enfin, dans un autre couplet, la diva égyptienne file la métaphore avec la route, celle sur laquelle se croisent les destins. Najat El Saghira pose sa voix sur les mots du poète égyptien Abdel Rahim Mansour, la musique est signée Hani Chenouda, futur découvreur des stars de la pop égyptienne (appelée la « Djil Music »). Ce morceau a été joué pour la première fois sur Nova par Bintou Simporé dans Néo Géo, avant d’arriver quelques années plus tard dans la programmation grâce à la compilation Rough Guide To Egypt sortie en 2004. Ce chant d’amour intemporel n’a depuis, jamais quitté nos ondes.

Visuel : (c) capture d'écran YouTube

Nova Classics
Emissions

Nova Classics

par Isadora Dartial
Lundi-vendredi à 9h15 et 16h

Nova Classic : « 3 Secondes » de Ludo Pin

Nova Classic : « 3 Secondes » de Ludo Pin

Nova retient son souffle avec Ludo Pin.

Nova Classic : « Maria » de Closer Musik.

Nova Classic : « Maria » de Closer Musik

Le son de Cologne grâce à Matias Aguayo et Dirk Leyers.