Aller au contenu principal

Nova Classic : « Take It easy My Brother Charles » de Jorge Ben

Jorge Ben, incarnation du « cool » brésilien.

Radio Nova revisite ses propres classiques : les raretés de tout bord qui rythment notre antenne, de la soul-funk au hip-hop en passant par les musiques afro-latines et la pop. Aujourd'hui : « Take It easy My Brother Charles » de Jorge Ben.

Un morceau que l’on retrouve sur le premier album du guitariste et chanteur brésilien sur le label Philips. On est en 1969, Jorge Ben, qui a déjà remporté un franc succès avec ses premiers albums et le tube « Mas que Nada », est désormais installé à São Paulo. Dans la mégalopole brésilienne, il squatte un club, le Jogral, qui accueille la crème des jazzmen américains et les fines plumes brésiliennes. Là, il rencontre les percussionnistes qui forment le Trio Mocoto. Ce sont eux qui l’accompagnent, d’abord lors des jams au Jogral, puis sur ce disque nommé sobrement Jorge Ben.

Dessus, des titres devenus depuis des classiques de la musique brésilienne, « Pais Tropical » en tête et ce morceau, « Take It Easy My Brother Charles ». Un message de paix pour ce musicien qui n’a jamais vraiment fait pleinement partie d’un quelconque courant musical : ni tropicaliste, ni yéyé. Jorge Ben est l’homme de la fusion, son jeu de guitare a un groove imparable, on dit qu'il n’y avait ni bassiste ni contrebassiste sur ses premiers albums, son jeu de guitare suffisant à porter la rythmique du morceau. Jorge Ben offre ici une samba funk pacifiste en pleine dictature, un message codé pour son frère Charlie, arrangé par Rogerio Duprat - qui sortait l’année 1968, un album dont je vous recommande l’écoute - A banda Do tropicalista do Duprat.

Le Nova Classic, c'est aussi en podcast.

Visuel © Getty Images / Giorgio Piredda

Nova Classics
Emissions

Nova Classics

par Isadora Dartial
Lundi-vendredi à 9h15 et 16h

Nova Classic : « Let's Go There Together » de Max Brennan.

Nova Classic : « Let's Go There Together » de Max Brennan.

Max Brennan : de la petite île de Wight à l’univers tout entier